Santé Santé

L'évolution de l'épidémie de Covid surveillée à travers nos eaux usées.

Depuis le début de cette crise sanitaire majeure, le Bataillon des marins-pompiers de Marseille, avec le soutien de la Ville de Marseille, met tout en oeuvre pour gérer et anticiper l’évolution de la situation épidémiologique.

Ainsi, depuis plusieurs semaines, les marins-pompiers de Marseille utilisent une technique – unique en Europe (à l’exception des Pays-Bas) – qui permet d’avoir environ une semaine d’avance sur la circulation active du virus. En effet, l'analyse régulière des eaux usées de Marseille apporte des éléments qui peuvent permettre d'évaluer l'évolution de l'épidémie de Covid-19 dans notre ville.

Le BMPM s'est appuyé sur le dispositif d'analyses des eaux usées existant en l'adaptant à la recherche de traces du virus. La ville est découpée en une dizaine de secteurs et une quarantaine de points de prélèvement. On peut ainsi déterminer une densité de présence de la charge virale par zone. La précision de cette pratique permet de cibler en un temps record – résultats connus en une heure seulement – les zones à surveiller et d’intensifier les moyens engagés, comme des évaluations sanitaires ou des dépistages.

Ce dispositif vient en quelque sorte en amont et complète les autres données habituelles d'évolution du virus : taux de cas positifs, taux d'incidence rapporté à la population, nombre d'appels SOS médecins, taux d'hospitalisations Covid dans les hôpitaux marseillais, occupation des lits de réanimation...  Il s'agit, en quelque sorte, de précéder l'épidémie et non pas de la suivre pour essayer de prendre le virus de vitesse.

 

Que disent ces prélèvements actuellement ?

Si les premières semaines de prélèvement indiquaient clairement une baisse du taux de virus dans les eaux usées, les chiffres se sont dégradés récemment et les premiers signes d’une circulation plus forte du virus sont apparus depuis le 5 janvier et inquiètent les marins-pompiers avec des chiffres toujours à la hausse. 
Cette carte est mise en ligne chaque semaine par le BMPM.

Ces données préoccupantes, nous rappellent, une fois de plus, que le strict respect des gestes barrières (port du masque et distanciation, éviter les regroupements collectifs...) est le meilleur moyen de ralentir la propagation du virus.

 

Le Bataillon plus que jamais mobilisé contre l'épidémie de Covid

Depuis des mois, le BMPM concentre ses efforts et son action sur l'épidémie de Covid tout en continuant à assurer ses missions quotidiennes habituelles.

Comme on l'a vu pour le prélèvement des eaux usées, le BMPM innove dans plusieurs domaines scientifiques et apporte son soutien à l’IHU Méditerranée Infection. Il met notamment en oeuvre des cellules mobiles d’interventions biologiques (CMIB) et a mis en place, au plus fort de la crise – avec l'accord de l'Agence Régionale de Santé (ARS) –  un module de tri paramédical devant l’IHU Méditerranée pour mieux fluidifier et sécuriser l’accueil des patients venus se faire tester. Ce sont ainsi près de 800 personnes par jour qui ont pu ainsi être accueillies.

Le BMPM a, par ailleurs, réalisé près de 23 000 tests de dépistage depuis le début de l’épidémie de COVID-19.
Ainsi, plusieurs milliers de tests ont été effectués sur la voie publique (barnum) gratuitement et sans rendez-vous lors de plusieurs campagnes de dépistage.
Plus de 6 200 tests ont été réalisés au profit des EHPAD, résidences autonomies, CCAS, foyers, CMIB...

Plus de 3500 tests ont été également réalisés dans les établissements scolaires marseillais qui présentaient des cas ou des suspicions de Covid et des désinfections curatives approfondies ont été effectuées. 
Il en est de même dans certains services municipaux et notamment plusieurs sites accueillant du public.
Des tests ont été proposés à l’ensemble des personnels volontaires dans crèches et les écoles.
Plus de 10 000 élèves ont, par ailleurs, été directement sensibilisés au bon port du masque et aux gestes barrières

Le BMPM réalise également des campagnes de dépistage au sein de l’aéroport Marseille-Provence sur les passagers à bord des vols entrants sans test ou au sein du Grand Port Marseille-Provence sur des navires identifiés.