Culture Culture

Edmond Rostand : sa vie, son oeuvre... et Marseille

Edmond Rostand est né à Marseille le 1er avril 1868Poète et auteur dramatique, il a ressuscité le drame héroïque en vers

Il est l'auteur de l'une des pièces les plus connues du théâtre français, Cyrano de Bergerac.
Pour la petite histoire, on raconte que, tous les soirs, quelque part dans le monde, un rideau se lève sur un Cyrano de Bergerac !

Il est mort, à 50 ans, à Paris, le 2 décembre 1918, emporté par la grippe espagnole.
2018 a donc été l'occasion d'une double commémoration : le 150e anniversaire de sa naissance et le centenaire de sa mort.

Profitez du confinement pour relire l’oeuvre de cet écrivain hors norme ! 
 

Les Rostand, une vieille famille marseillaise

La famille Rostand est une famille de la haute bourgeoisie marseillaise. Elle a joué un rôle important au XIXe siècle dans la vie à la fois culturelle, économique et politique de Marseille.

Son père, Eugène Rostand, est économiste et sa mère, Angèle Gayet, est la fille d’un riche fabricant de produits chimiques. Il est l’arrière-petit-fils d’Alexis-Joseph Rostand qui a été maire de la ville.

La famille Rostand a compté nombre d’entrepreneurs, de négociants, d’armateurs et de banquiers, souvent éminents philanthropes, d’excellents musiciens et de talentueux poètes.

"Egerunt et cecinerunt" ("Ils ont agi et ils ont chanté"), telle était la devise de la famille Rostand.
 

Le personnage

Edmond Rostand est né à Marseille mais il quitta la ville très jeune et n’y est jamais vraiment revenu même si on trouve dans ses écrits une certaine nostalgie pour sa ville natale.

Il fait des études littéraires. De l'âge de 10 à 17 ans, il étudie au lycée Thiers à Marseille. Il y accumule les prix et les accessits, étant particulièrement remarqué en composition française, en histoire et en latin.
Après deux années d’études au lycée de Marseille, il entre au collège Stanislas de Paris, où il griffonne, en marges de ses cahiers, ses premiers vers. Sa formation est classique.

Muni de son baccalauréat, il est dirigé vers l'école de Droit par son père, qui souhaite en faire un diplomate. Il passe sa licence, puis s'inscrit au barreau. Il n'exercera pourtant jamais comme avocat, préférant se consacrer à sa passion pour les lettres.
Sa carrière littéraire débute par la poésie.

En 1880, son père conduit la famille en villégiature dans la station thermale en vogue, Bagnères-de-Luchon. Hébergés dans un premier temps, ils font ensuite construire la villa Julia. Edmond passe ainsi plus de vingt-deux étés à Luchon et y trouve la source d’inspiration de ses premières œuvres.

En 1887, il concourt au prix présenté par l’Académie de Marseille et qui a pour titre "Deux romanciers littéraires de Provence, Honoré d’Urfé et Emile Zola". Il obtient le premier prix.

Le 30 mai 1901, Rostand est élu à l’Académie française : il est alors le plus jeune académicien. Il repousse sans cesse le jour de sa réception, qui n’aura lieu finalement que le 4 juin 1903.

Edmond Rostand est l'époux de la poétesse Rosemonde Gérard, petite-fille du comte Gérard, le héros de Wagram, filleule de Leconte de L’Isle, qu'il quittera en 1915 pour son dernier amour, l'actrice Mary Marquet.

Rosemonde et Edmond Rostand auront deux fils : Maurice, né en 1891, et Jean, né en 1894. Ce dernier sera écrivain, biologiste et académicien français.
 

Son oeuvre

Après avoir écrit de nombreuses oeuvres poétiques dont les "Musardises" en 1890, Edmond Rostand se fait remarquer par plusieurs pièces qui ont un succès d’estime comme en 1895, "La Princesse lointaine" et en 1897, "La Samaritaine".

Mais trois pièces vont marquer sa vie : "Cyrano de Bergerac", "L'Aiglon" et "Chantecler".

"Cyrano de Bergerac" reste son oeuvre majeure. Comédie héroïque en alexandrins, en costumes du 17e siècle, avec près de 50 personnages et  cinq décors, elle représente une gageure pour cette époque littéraire.
Des producteurs aux comédiens, en passant par l’auteur : personne ne croit au succès. Mais, au théâtre de la Porte Saint-Martin, la pièce "fait un tabac" et Edmond Rostand est aussitôt décoré de la Légion d’honneur.
Après plus de 1 000 représentations, la pièce part en tournée en France – en commençant par Marseille – et moins d’un an plus tard, traduite dans toutes les langues, elle sera représentée à Londres, à Madrid, à New York, Saint-Pétersbourg… 
Un triomphe qui fait de Cyrano la pièce française la plus jouée dans le monde depuis plus d’un siècle.
 

Edmond Rostand et Marseille

Marseille a fait à Edmond Rostand, le 20 février 1919, des obsèques grandioses. Son corps a été ramené dans sa ville natale après sa mort, le 2 décembre 1918, et exposé au Palais Carli dans la grande salle de la bibliothèque de la ville qui avait été transformée en chapelle ardente.

Dans le cadre du festival Edmond Rostand 2018, la bibliothèque de l'Alcazar lui a rendu hommage  avec l'exposition "Les malles de Cyrano" (30 novembre 2018/26 janvier 2019).
L'exposition comptait environ 130 pièces présentées dans de grandes malles rappelant celles qu'utilisaient les comédiens lors de leurs tournées : buste de Savinien Cyrano et d’Edmond Rostand, statues de Coquelin, le premier Cyrano, affiches originales de la création et de la première tournée ainsi qu’affiches de diverses productions françaises ou étrangères, costume de Coquelin en Cyrano conservé par la Mutuelle des Artistes de plus d’un siècle, documents originaux d’époque présentant la vie et l’œuvre d’Edmond Rostand... Dans les vitrines, on retrouvait des objets insolites tels que des marionnettes ou des statuettes de diverses époques et origines.

Que reste-t-il aujourd’hui à Marseille d’Edmond Rostand ?

Une plaque est apposée à l’entrée de sa maison natale près de la préfecture, au 14 de la rue Montaux (6e), devenue, le 18 novembre 1919, la rue Edmond-Rostand.
Un  buste en bronze, signé Jacqueline Sarto, a été erigé sur la placette, à l’angle des rues Edmond Rostand et Saint-Suffren.
En 1930, un monument à Edmond Rostand, sculpté par Paul Gondard, a été dévoilé au parc Chanot (8e).
Enfin, la sépulture du poète, au cimetière Saint-Pierre (la Pinède du Carré 19 du Carré 2 n°26), a été réhabilitée en 2017.
 

Photo : Acte de naissance d'Edmond Rostand - Archives de Marseille - AMM, 1 E 1232 / 729