Prévention Prévention

La Vidéoprotection Urbaine (VPU)

Présentation de la VPU

Les activités de vidéoprotection et de télésurveillance sont régies par la loi. La Vidéoprotection est un outil qui permet de mieux protéger l'espace urbain et d'accélérer l'élucidation des délits, dans le cadre d'affaires judiciaires.

Exploité 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, cet outil technologique a largement contribué à renforcer la prévention et la sécurité des personnes sur la voie publique. Il permet d'optimiser la collaboration opérationelle entre la police municipale et les divers services de police.
­

­En savoir + avec notre foire aux questions
 

­­ ­
A quoi sert la VPU ?
Le développement de la VPU ne traduit elle pas un glissement vers un système de plus en plus répressif ?
Combien de caméras vont être installées à Marseille ?
Comment sont choisis les lieux d’implantation des caméras de VPU ?
Au CSU, qui regarde les images transmises par les caméras ?
Qui a accès aux images enregistrées par les caméras de VPU ?
Comment savoir si je suis dans une rue vidéo protégée ?
Combien de temps les enregistrements sont ils conservés ?
Une caméra est installée en face de mon immeuble. Cela porte atteinte à ma vie privée
La vidéoprotection est elle efficace ? Avez-vous des preuves ?

 

A quoi sert la VPU ? ­

Au coeur de l'activité opérationelle, la vidéo protection répond à de nombreux objectifs :
  • la sécurité des biens et des personnes
  • la prévention des atteintes aux biens
  • la vidéo verbalisation des infractions en matière de stationnement
  • l'aide à la fluidité de la circulation
  • l'assistance en matière de gestion urbaine
  • le secours aux personnes, la défense contre l'incendie et la prévention des risques naturels ou technologiques
  • la prévention d'actes terroristes
  • ...
    Retour
     

Le développement de la VPU ne traduit elle pas un glissement vers un système de plus en plus répressif ? Non, car la VPU est un outil au service de la sécurité des Marseillais, qui revêt un caractère préventif indéniable et offre des développements dans d’autres domaines notamment la gestion urbaine. Elle vient enrichir les moyens d’intervention mis à la disposition de la Police Nationale et de la Police Municipale, mais n’est pas une fin en soi. Elle doit s’appréhender dans la cadre d’une politique municipale globale en matière de sécurité : la Stratégie Territoriale de Sécurité et de Prévention de la Délinquance.
Celle-ci s’appuie sur :

Combien de caméras sont installées à Marseille ?
L'ensemble des caméras est réparti dans les 16 arrondissements de la Ville, avec un maillage plus dense dans le centre-ville.
Le Centre de Supervision Urbaine (CSU) est le centre névralgique du dispositif­ où les images filmées par les caméras convergent et sont exploitées 24h/24, 7j/7 par la Police Municipale ­­
Retour
 

Comment sont choisis les lieux d’implantation des caméras de VPU ?
Ceux-ci sont définis en étroite collaboration avec les services de police et plus particulièrement la Police Nationale qui a une connaissance très fine du territoire. Les implantations sont donc déterminées en fonction de la configuration des sites, des crimes et délits, notamment les vols avec violences, recensés par la Police Nationale, des axes de fuite…
De plus, la Ville de Marseille s’appuie également sur les informations transmises par d’autres institutions, des associations par exemple de commerçants, les comités d’intérêt de quartiers, les habitants afin d’apporter une solution adaptée à chaque quartier.
Retour

 

Au CSU, qui regarde les images transmises par les caméras
La Ville de Marseille a choisi de confier la gestion du Centre de Supervision Urbaine (CSU) à la Police Municipale. Ce sont donc des policiers municipaux, qui sont affectés 24h/24 à la visualisation de ces images. Ils peuvent ainsi demander l’intervention d’équipages en cas de constatations d’infractions, de délit ou de crimes sur la voie publique.
Ces agents sont spécifiquement formés pour assurer cette mission.
Certaines images sont directement transférées au PC central de la Police Nationale afin que les interventions de leurs équipages sur l’espace publique soient suivies en temps réel.
Retour
 

Qui a accès aux images enregistrées par les caméras de VPU ?
Toute personne a le droit d’accéder aux enregistrements la concernant dans la mesure où elle a été filmée par l’une de ces caméras. Après vérifications des enregistrements, par des policiers municipaux habilités, un usager peut visualiser ces images et vérifier leurs destructions dans le délai fixé par l’autorité préfectorale.
Retour
 

Comment savoir si je suis dans une rue vidéo protégée ?
Conformément à la législation en vigueur, un dispositif de signalisation adaptée accompagne le déploiement des caméras sur l’espace public.
Retour
 

Combien de temps les enregistrements sont ils conservés ?
La durée de conservation des images enregistrées est légalement fixée à un mois maximum sauf dérogation prévue par la loi dans le cas d'une enquête de flagrant délit, d'une enquête préliminaire ou d'une information judiciaire.
­Le CSU de la Ville de Marseille conservera ces images pendant une durée maximum de 10 jours.
Retour
 

Une caméra est installée en face de mon immeuble. Cela porte atteinte à ma vie privée
Afin de protéger la vie privée des personnes résidant dans des immeubles situés dans le champs d’une caméra de VUP, des dispositifs occultants appelés "masques" sont programmés.
La loi est très précise : il est interdit de filmer certains lieux. Cette interdiction porte sur les entrées d'immeubles, c'est à dire qu'elles ne doivent pas être filmées de façon spécifique. L'interdiction est totale pour l'intérieur des habitations.
Retour
 

La vidéoprotection est elle efficace ? Avez-vous des preuves ?
Le centre de supervison urbaine (CSU), outil technologique innovant, à permis depuis 2012 la réalisation de près de 4 500 interventions et plus de1 600 interpellations
La délinquance baisse plus fortement et les taux d’élucidation progressent plus rapidement dans des communes équipées de vidéoprotection que dans celles qui n’en disposent pas.
A titre d’exemple, les agressions contre les personnes sont deux fois moins nombreuses dans les villes équipées.
Les dispositifs de vidéoprotection ont montré également ­leur efficacité en matière de prévention de la délinquance e­t leur i­­mpact dans ce cas dépas­se le périmètre des zones vidéoprotégées.
Depuis son ouverture, le CSU a été largement sollicité par de nombreux services de l'Etat. Il a facilité ou contribué à de nombreuses interpellations en flagrant délit ou a posteriori et aidé à la résolution d'enquêtes judiciaires.
Retour