Culture Culture

Revue Marseille n°270 : "Biodiversité, un équilibre fragile"

Le numéro 270 de la revue "Marseille" s’intéresse à la biodiversité.

L’accueil à Marseille du Congrès mondial de la Nature nous donne l’occasion de nous pencher sur le patrimoine inestimable que constitue la riche biodiversité de notre territoire.
À force de la maltraiter, nous voici arrivés à une étape charnière, que le naturaliste Georges Aillaud qualifie dans les pages qui suivent de « la toute dernière limite pour agir ! ».

La surprenante capacité de résilience de la Terre nous a trop longtemps rendus sourds aux avertissements des lanceurs d’alerte.

Réminiscence de nos leçons de sciences naturelles, de biologie ou de SVT, chacun sait pourtant que le vivant a un fonctionnement en chaîne. Or il ne s’agit plus de déplorer la présence, ici ou là, d’un maillon faible, mais de constater que de plus en plus fréquemment la chaîne est brisée, au risque de mettre en danger l’ensemble de l’édifice.

De 1900 à nos jours, la disparition d’espèces recensées sur notre planète a été multipliée par 100 ! « Un rythme sans comparaison depuis l’extinction des dinosaures », rapporte Pedro Lima, journaliste scientifique, dans ce numéro.

Que faut-il de plus pour nous convaincre de passer à l’action ? Du niveau international à celui des territoires, des élus aux citoyens, des associations aux particuliers, chacun détient sa part de solution.
Dans sa dimension de communication, le congrès de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature a, lui aussi, un rôle d’éveil des consciences à jouer.

Nul doute que nous poursuivions, dans un prochain numéro, cette approche environnementale en abordant les multiples facettes de l’écologie urbaine ; elles constituent en effet autant de pistes pour remédier à cette érosion mortifère de la biodiversité. Dans ce domaine là encore, Marseille recèle d’innombrables ressources qui méritent, comme toujours, d’être mises en lumière.
 

ÉDITORIAL
 

"Marseille occupe une situation exceptionnelle. Le Parc national des Calanques embrasse la ville de ses treize-mille hectares avec trois zones Natura 2000, six zones naturelles d’intérêt écologique majeur et une végétation qui a façonné des paysages caractéristiques de notre identité. Cette biodiversité marine et terrestre si belle est aussi fragile, et nous devons la préserver.

Cependant, le réchauffement anthropique, dont le corollaire est la fonte des glaces aux pôles et l’élévation du niveau de la mer, a intensifié les aléas climatiques. Ce phénomène s’accélère et se renforce. La catastrophe n’est plus à venir ; elle se déroule sous nos yeux au Canada notamment avec des pics de chaleur frôlant les 50 degrés. Les villes sont au coeur de ces cataclysmes : îlots de chaleur, pollutions, pressions sur les milieux naturels, artificialisation des sols.

Comme le dit l’UICN, la Méditerranée est un « point chaud de biodiversité », avec des centaines d’espèces menacées d’extinction. Marseille est en première ligne.

Notre ville souffre de ses bouchons, de sa pollution. Nous sommes en retard sur bien des aspects, mais nous devons faire de ce retard une force pour transformer la ville en profondeur et permettre une transition plus rapide vers un autre modèle de développement urbain. La fabrique de la ville doit alors se penser différemment.
Les villes portent en elles la solution et nous avons lancé plusieurs chantiers tant de préservation que de reconquête de la biodiversité : végétalisation des cours d’écoles, réouverture et création de parcs et jardins, création de fermes urbaines, création d’une trame verte, protection des espaces naturels et agricoles contre la bétonisation, zéro plastique et zéro mégot dans les espaces naturels et sur les plages de la ville, éducation à l’environnement et à la biodiversité.

Le Congrès mondial de la Nature, qui se tient à Marseille du 3 au 11 septembre, est une occasion unique pour mobiliser toutes les énergies afin de sensibiliser la population et les jeunes générations à l’impérieuse nécessité de préserver notre biodiversité. Il y a urgence à agir et à changer complètement nos paradigmes dans nos politiques publiques. Ne détournons plus le regard pendant que la catastrophe se déroule sous nos yeux. Notre avenir s’écrit aujourd’hui, Marseille s’y engage pleinement et totalement."

Benoît Payan
Maire de Marseille
­
 

Téléchargez le sommaire 
 

  • Le numéro 270 est en vente en kiosque
  • Vous pouvez aussi le commander directement sur la boutique en ligne de Marseille.fr, tou­t ­ comme les anciens numéros encore disponibles.
  • Enfin, vous pouvez le commander par courrier directement au siège de la revue ou également le retirer sur place :­  ­

    Revue Marseille

    Maison Diamantée
    2 rue de la Prison
    13002 MARSEILLE
    Tél. : 04.91.14.64.16  
    Email : revuemarseille@mairie-marseille.fr
    Tarifs : 8€ l’exemplaire, 26€ l’abonnement de 4 numéros ou 48€ l'abonnement de 8 numéros.
    Chèque établi à l’ordre du "Trésor Public".  Frais de port inclus.