Social Social

La Ville de Marseille poursuit son engagement dans la lutte contre la pauvreté

Engagée pour une ville plus juste et plus solidaire, la Ville de Marseille s'est engagée, depuis 2 ans, dans une démarche volontariste et partenariale afin de faire reculer la grande précarité et d'apporter des réponses adaptées aux urgences sociales vécues par ses habitants. Le conseil municipal a adopté le 17 décembre 2021 la Convention d'appui à la lutte contre la pauvreté et d'accès à l'emploi (CALPAE) dotée d’un budget de 1,4 million d'euros. Cette contractualisation entre la Ville et l'État s'inscrit dans le cadre de la stratégie nationale de lutte contre la pauvreté, qui vise notamment à "garantir sur l'ensemble du territoire l'accès effectif de tous aux droits fondamentaux". Le 20 janvier dernier, lors de la première "Nuit de la Solidarité" plus de 800 bénévoles répartis sur 120 équipes de maraudes, en collaboration avec le Samu social et les associations, ont couvert l'hyper-centre ainsi que les principaux noyaux villageois périphériques afin d'aller à la rencontre des sans-abris, et de remplir avec eux un questionnaire visant à l'établissement d'un état des lieux des situations et des besoins. Plus de 400  personnes en situation de sans-abris ont ainsi pu être recensées uniquement sur la voie publique. 

L'analyse des données de cet évènement, permet d'établir un plan d'action pour la Ville de Marseille et de compléter sa politique afin de répondre au mieux aux besoins exprimés.

 

Une politique municipale ambitieuse en matière de solidarité

La Ville de Marseille est la première commune à contractualiser avec l’État sur cette stratégie nationale, qui vise notamment à garantir sur l'ensemble du territoire l'accès effectif de toutes et tous aux droits fondamentaux. Les crédits municipaux dédiés aux politiques de solidarité ont bénéficié d'une augmentation de deux millions d'euros en 2022.

 

Trois nouveaux centres d'accueil depuis 2021

Ainsi, 100 places d'hébergement d'urgence ont été ouvertes pour les familles en grande précarité et les femmes victimes de violences. Ce 20 juin dernier, a été inauguré un nouveau centre d'hébergement et d'accompagnement social  “Entr’elles”au 3 rue du Charvet (3e) à destination des femmes en grande marginalité.

Après l’Auberge marseillaise (8e) et la Digue (10e), “Entr’elles” (3e) est le troisième site d'accueil, porté par la municipalité, dédié aux femmes en situation de vulnérabilité à Marseille.
Grâce aux efforts conjugués de la Ville de Marseille et des services de l’État, 40 places d’hébergement sur le site de "La Digue" et 60 places sur le site de "l’Auberge marseillaise" ont été créées en 2021, dans le cadre d'un projet expérimental d'utilisation de bâtiments publics temporairement disponibles.

 

Favoriser l'accès à l'hygiène

Le Samu social assure les douches municipales au 4 rue Berton (5e) mais également la distribution de vêtements grâce aux dons des Marseillaises et Marseillais.

Cette dynamique partenariale est aussi à l'origine du projet de création d'un grand pôle municipal d'hygiène et de santé qui ouvrira ses portes en 2023.

 

 

Un Plan pauvreté et ses grandes orientations :

Afin de mutualiser toutes les forces vives dans ce domaine, un appel à contribution est publié du 8 juillet au 15 août 2022. 

Les données collectées lors de la Nuit de la Solidarité sont venues conforter le diagnostic territorial et définir les actions à mettre en œuvre :

  • Favoriser l'accès aux droits des publics les plus vulnérables ;
  • Renforcer et renouveler l'aide alimentaire proposée aux publics précaires ;
  • Permettre aux enfants vivant dans les conditions les plus difficiles d'accéder à l'éducation et à la culture ;
  • Améliorer les conditions de vie des personnes sans-abri ;
  • Renforcer les la connaissance des données sociales du territoire et accompagner les professionnels par un plan de formation adapté.

 

 

 

Les données de la 1ére Nuit de la Solidarité et les actions pour une ville plus juste et plus solidaire

Quelques chiffres-clés, sur les personnes sans-abri rencontrées lors de la 1ère nuit de la solidarité :

  • 4 personnes sur 5 sont des hommes ;
  • La moyenne d'âge est de 43,7 ans ;
  • 70% sont des personnes vivant dans la rue depuis plus d'un an, et 41% depuis plus de 5 ans ;
  • 53% n'appellent plus ou n'ont jamais appelé le 115 ;
  • 85% des personnes à la rue ne sont pas accompagnées par une structure sociale ;
  • 57% n'ont aucune ressource fixe ;
  • 37% ne peuvent pas prendre une douche régulièrement ;
  • 48% ne peuvent pas prendre un repas chaud régulièrement.

 

Pour ces raisons, la Ville de Marseille a contracté un plan de luttre contre la précarité avec l'État. En visant un accès aux droits pour toutes et tous, elle s'engage par :

  • L'ouverture de deux centres d'hygiène ;
  • L'ouverture de places d'hébergement  d'urgence ;
  • Le soutien financier aux associations ;
  • La coordination des maraudes alimentaires ;
  • La création de bagageries.