Culture Culture

Confinés mais pas résignés l'Opéra et l'Odéon viennent à vous !

Confinés mais pas résignés malgré la crise sanitaire et la fermeture de leurs portes, l'Opéra de Marseille et le Théâtre municipal de l'Odéon ont décidé d'offrir aux Marseillaises et aux Marseillais l'enregistrement exclusif de plusieurs œuvres de leur répertoire dont l'ouverture de L'Italienne d'Alger, l'ouverture des Noces de Figaro, l'intégrale de La Chauve-souris de Johann Strauss Fils (version concertante), ou encore La Bohème de Puccini.


Financé à hauteur de 75% pour l'Opéra et totalement pour le Théâtre de l'Odéon, ces deux établissements ont souhaité faire rayonner le talent des artistes qui le composent. Facteur d'émancipation et d'évasion, la culture est aujourd'hui, plus que jamais, essentielle à notre bien-être. Les artistes, eux aussi, coupés de la chaleur de leur public, réclament ce lien qui nourrit leur Art. Alors que des dizaines de représentations ont dû être annulées, la culture reste vivante !

 

La Bohème de Puccini

Pour ce 31 décembre, l'Opéra de Marseille vous offre la captation La Bohème de Puccini. À découvrir ce jeudi 31 dès 17h et jusqu'au 30 janvier

La partition de Puccini nous plonge au cœur du quartier latin où des artistes désargentés tentent de survivre malgré les difficultés liées à leur situation. Au milieu de ce portrait singulier de la capitale française, voici Mimi et Rodolfo, un couple d’amoureux que rien n’empêche de s’aimer mais qui, rapidement, va se retrouver confronté à la dure réalité de la vie. L’Opéra de Marseille offre à Enea Scala ainsi qu’à Angélique Boudeville (dont c’est la première apparition sur notre scène) l’occasion d’interpréter ces rôles mythiques, pour la première fois de leur carrière.
La mise en scène initialement confiée à Leo Nucci sera finalement assurée par Louis Désiré. La distanciation physique des artistes sur scène en vigueur imposait à Leo Nucci d'adapter sa mise en scène et son dispositif scénique. Avec son équipe, ils ont préféré y renoncer plutôt que d'altérer la production telle qu'il l'avait conçue

Opéra en 4 actes et 4 tableaux
Livret de Giuseppe GIACOSA et Luigi ILLICA
Création à Turin, Teatro Reggio, le 1er février 1896

Direction musicale Paolo ARRIVABENI

Mise en scène Louis DESIRÉ
Décors/Costumes Diego MÉNDEZ CASARIEGO
Lumières Patrick MÉEUS

Mimi Angélique BOUDEVILLE
Musette Lucrezia DREI

Rodolphe Enea SCALA
Marcel Alexandre DUHAMEL
Schaunard Régis MENGUS
Colline Alessandro SPINA
Benoit Antoine GARCIN
Alcindoro Jean-Luc ÉPITALON

En savoir plus
 

La vidéo restera visible jusqu'au 30 janvier 2021.

 

L'ouverture de L’Italienne à Alger de Rossini, dirigée par la cheffe Clelia Cafiero

 

 

L'ouverture des Noces de Figaro de Wolfgang Amadeus Mozart, dirigée par la cheffe Clelia Cafiero

 

 

"La Chauve-souris" de Johann Strauss Fils en version concertante.

 

 

Valses endiablées et airs virtuoses, la bonne humeur méridionale garantie !

Le notaire Duparquet souhaite organiser une joyeuse farce à son ami Gabriel Gaillardin qui, quelques temps auparavant, lui a fait parcourir la ville, déguisé en chauve-souris.
Un scénario vaudevillesque imaginé par Meilhac et Halévy au coeur d’une partition de première qualité signée Johann Strauss Fils : il n’en fallait pas plus pour donner à l’opérette viennoise toutes ses lettres de noblesse.

De la célébrissime ouverture jusqu’aux dernières gouttes de champagne du final, La Chauve-souris est un ravissement pétillant, un brin décadent.

La vidéo restera visible jusqu'au 24 janvier 2021.


Opérette en 3 actes
Livret de Henri MEILHAC et Ludovic HALÉVY

Direction musicale Didier BENETTI
Mise en espace Jacques DUPARC


Caroline Jennifer MICHEL
Arlette Julia KNECHT

Tourillon Jean François VINCIGUERRA
Gaillardin Florian LACONI
Duparquet Philippe ERMELIER
Alfred Christophe BERRY
Orlowsky Alfred BIRONIEN
Léopold / Bidard Jacques DUPARC

Orchestre de l’Odéon

 

Au programme de l'Odéon

Alors que les portes des salles de spectacle restent closes en cette période de fin d'année, le Théâtre de l'Odéon de la Ville de Marseille a décidé de maintenir le lien avec son public et de vous offrir plusieurs œuvres :

Jeanne qui pleure et Jean qui rit, opérette en un acte de Jacques Offenbach en libre écoute sur odeon.marseille.fr  jusqu'au 19 janvier

La chauve souris, de Johann Strauss Fils en version concertante également en libre écoute sur odeon.marseille.fr  jusqu'au 24 janvier

 


 

L'Opéra et Marseille : une histoire d'amour depuis plus de trois siècles

Marseille est la première ville de province a avoir obtenu le droit de posséder "un théâtre privilégié", du vivant même de Lulli, en 1685. Le privilège s’étendait aux autres villes de Provence et comprenait pour la troupe la possibilité de rayonner jusqu’au Roussillon, au Var et à la région lyonnaise. Depuis plus de trois siècles, la place exceptionnelle que tient l’Opéra dans la ville repose en partie sur la position géographique de Marseille qui a très vite été marquée par les influences italiennes, jusqu’à entendre parfois certains ouvrages avant Paris. "La Norma" de Bellini, "Le Trouvère"de Verdi…

Loin d’être réservé à une élite, l’Opéra est très tôt devenu un élément fondamental de la culture populaire des Marseillais. Aujourd'hi, l’Opéra de Marseille se présente comme un "Opéra de tradition" (répertoires italien et français du XIXe siècle) servi, depuis la longue et brillante direction de Jacques Karpo (1975-1991), par des artistes de réputation internationale devenus les habitués de la salle marseillaise, tels que Leonie Rysanek, Gwyneth Jones, G. Bumbry, Leo Nucci, José Van Dam, Ingvar Wixell, Kathleen Cassello Jean-Philippe Lafont…

Des aspects plus novateurs ne sont pas négligés pour autant ! L’Opéra de Marseille a été le premier en France à donner la version scénique intégrale des "Troyens à Carthage" en deux saisons (1979-1980), la création en France de "Rusalka" de Dvorak (1982) et de "La vieille fille et le voleur" de Menotti (1985), la création scénique de "Christophe Colomb" de Darius Milhaud (1985), "Don Juan de Manara" d’Henri Tomasi (1988)…