Ville de Marseille
> Accueil

Découvrir Marseille > Patrimoines et monuments >

La cathédrale Sainte-Marie-Majeure

La cathédrale Sainte-Marie-Majeure

La première pierre de la cathédrale a été posée le 26 septembre 1852 par Louis-Napoléon Bonaparte. C’est l'architecte Léon Vaudoyer qui en a tracé les plans. A sa mort, en 1872, le chantier est alors confié à Henry Espérandieu jusqu'à sa propre disparition en 1874. C'est Henri Revoil qui achève enfin la nouvelle cathédrale, après 44 ans de construction. Le 6 mai 1896, la basilique-cathédrale est consacrée.

­­ ­

­­­L’Histoire­

­À l'emplacement de la  cathédrale actuelle de la Major, plusieurs édifices religieux ce sont succédés : une église paléochrétienne et un baptistère suivis par la première Major, construite au XIIe siècle.
La "nouvelle" Major s’élève à l'ouest des vestiges de l’ancienne cathédrale romane, l’église de la vieille Major. Sa construction est décidée alors que la ville de Marseille traverse une période de croissance économique, sociale et démographique et se pare d’édifices importants. Dressée sur une esplanade entre le Vieux-Port et le « nouveau » port de commerce, à proximité du quartier de la Joliette et du Fort Saint-Jean, sa première pierre est posée le le 26 septembre 1852 par Louis-Napoléon Bonaparte sur les plans de Léon Vaudoyer.
Sainte-Marie-Majeure (souvent appelée « la Major ») est la seule cathédrale édifiée en France au XIXe siècle, où l'on n'en avait pas construit depuis deux siècles. Elle est considérée comme l’une des plus grandes cathédrales bâtie dans ce pays depuis le Moyen Âge. Ses dimensions, comparables à celle de la basilique Saint-Pierre de Rome, devaient, selon la conception de l’époque, être dignes de l’importance de la deuxième ville et du premier port de France, « porte de l’Orient » et lui permettre d'accueillir 3 000 personnes.
Commencée par Léon Vaudoyer qui décède en 1872, la construction sera reprise par l'architecte Jacques Henri Esperandieu, élève et collaborateur de Léon Vaudoyer. Celui-ci aura le temps de mener à bien la pose des charpentes métalliques et la réalisation des coupoles avant de décéder à son tour en 1874. La fin des travaux sera alors confiée à Henri Antoine Révoil. Celui-ci s'attachera plus particulièrement à la décoration : mosaïques, sculptures, bronze, en compagnie des inspecteurs Errard, Mouren et Joly.
Terminée le 30 novembre 1893, elle est remise a Mgr Jean-Louis. Le 24 janvier 1896, la cathédrale est érigée en basilique mineure le 2­4 janvier 1896 par le pape Léon XIII, puis consacrée le 6 mai 1897.
Elle a été classée monument historique par arrêté du 9 août 1906  ­

­

­L’Architecture

­Avec son appareillage de pierres alternativement vertes et blanches, cet édifice d’inspiration byzantine juxtapose des éléments romans et gothiques.
Le plan en croix latine est conçu par Léon Vaudoyer dans le style romano-byzantin ]. La présence simultanée de clochers et de coupoles est due à la volonté de l'architecte de faire référence à l'Occident et à l'Orient, sur le modèle de Notre-Dame des Doms à Avignon. Mais ses dômes et ses coupoles rappellent ceux des églises d'Istanbul.
Structurée comme un édifice tripartite composé d’un portique monumental encadré de deux tours, d’une nef imposante et d’un massif groupant les sanctuaires, la cathédrale forme un ensemble architectural extraordinaire, qui n’a pas eu d’équivalent dans tout le XIXe siècle.
Les matériaux utilisés pour la construction de cette cathédrale de style byzantin sont très variés : pierre verte de Florence, marbre blanc de Carrare, pierres de Calissane et du Gard, onyx d'Italie et de Tunisie, mosaïques de Venise. La décoration intérieure et extérieur, en marbre et porphyre lui donnent un aspect particulier pour un édifice religieux. Les Marseillais la surnomment d'ailleurs le "pyjama". Les coupoles et les balustrades sont décorées avec des éléments empruntés aux cathédrales de Lucques et de Sienne. La nouveauté du décor tient surtout à l'importance des cycles de mosaïque.
La façade est ornée de statues du Christ, des apôtres, de Saint Pierre, Saint Paul et des saints de Provence ainsi qu'une statue en bronze représente Monseigneur de Belsunce, évêque de Marseille lors de la peste de 1720.
La longueur totale de la cathédrale est de 146m, la coupole principale a près de 70m de hauteur et 18m de diamètre.

Dans la basilique, on trouve :

  • Les statues des quatre évangélistes par Louis Botinelly
  • Le Christ et Sainte Véronique par Auguste Carli
  • Le Ciborium en onyx et les autels par Jules Cantini
  • Le tombeau de Saint Eugène de Mazenod (dans la chapelle axiale)
     

    ­­
    ­Ville de Marseille
    ­
    ­


    ­
    ­
    ­
    ­
    ­­
    ­
    ­
­

­Adresse

Basilique-Cathédrale Sainte-Marie-Majeure
Esplanade de la Major

­
plan de Marseille­ 


 Situ­er la basilique sur le plan interactif­ ­
­­
­­

 Télécharger le plan des monuments historiques­ ( 6 004 ko, format .pdf)­ ­­

­­­