Ville de Marseille


Juillet 2014 >

Marseille, ville dans le bain

Marseille, ville dans le bain

Bikinis, paréos et autres deux pièces marseillais s’exhibent depuis quelques années sur toutes les plages du monde. Pas de grain de sable pour perturber l’ascension fulgurante de Pain de Sucre ni l’expansion de toute une filière dynamique et créative, portée par quelques noms désormais connus dans la mode beachwear.

Photo Pain de Sucre
­

­­­­­­­­Belles, élancées et bronzées… Que portent donc ces sirènes alanguies sur les plages de Copacabana, des îles Lavezzi et de Capri ? Des maillots bien de chez nous ! La marque Pain de Sucre fondée voilà près de ­30 ans à Marseille par Christian Keusseyan et Bernard Evans rayonne à l’étranger (Dubaï, Europe du Nord, Russie, Caraïbes).

Elle a su faire monter la température de plusieurs degrés en proposant des coupes affriolantes et sophistiquées. Dans les années 2000, l’entreprise s’est diversifiée avec Suggest, sa gamme lingerie et quelques pièces de prêt à porter.


Laila Benaia, créatrice de la marque Les Baigneuses a ouvert un boutique dans le quartier du Panier. (Photo Les Baigneuses)
­ Laila Benaia, créatrice de la marque Les Baigneuses a ouvert un boutique dans le quartier du Panier. (Photo Les Baigneuses)­
­

Dans son sillage, de nouvelles créatrices développent leurs talents sur les rives de la Méditerranée. Issue de la région parisienne, Laila Benaia, styliste et créatrice, débute sa carrière à Beyrouth et Paris, dans la haute couture, aux côtés de grands noms de la mode. Elle bénéficie de leur soutien. « Le styliste Dany Atrache a financé mon école de mode sachant que je n’avais pas l'argent nécessaire », explique la jeune femme. En 2003, cette passionnée de maillots de bain vintage choisit par amour de jeter l’ancre à Marseille. La brune piquante s’éprend de la ville et plus précisément du quartier historique du Panier en plein renouveau. ­

En 2013, année où la ville brille pour être la capitale européenne de la culture, elle lance sa deuxième collection qu’elle présente dans sa propre boutique, « Les Baigneuses », ouverte en juin. Les touristes déambulant entre le Mucem et le Musée de la Vielle Charité s’emballent pour ses créations originales et la qualité de ses maillots. « Je suis positionnée sur le haut de gamme. Je travaille avec une usine en Bretagne et une coopérative de femmes dans le Nord de l’Italie », explique Laila Benaia. Elle espère à court terme réaliser ­la moitié de son chiffre d’affaires à l’export.

­

­ 

Audrey Benzonana conçoit des sacs et autres accessoires de plage en éponge. (Photo Piment de mer)­
Audrey Benzonana conçoit des sacs et autres accessoires de plage en éponge. (Photo Piment de mer)
­­

­Dans sa boutique, conçue comme un concept store dédié au balnéaire, sont également présentés des accessoires de plage (cabas, serviettes, coussins) en éponge de la marque Piment de mer. Une marque lancée en 2009 à Marseille par une DRH parisienne lassée par les plans sociaux en cascade. L’idée lui vint lors d’un séjour sur la plage ­paradisiaque de la Pointe aux Piment sur l’île Maurice. « J’ai alors pensé créer un oreiller de plage gonflable », explique Audrey Benzonana.

­

Sa gamme d’accessoires aux couleurs vitaminées s’étoffe. Elle sort en 2012 lauréat du concours de la maison des métiers de la mode et bénéficie d’un coup de pouce financier. Les accessoires de Piment de mer sont désormais présents dans une quarantaine de points de vente en France et à l’étranger. « Ma participation à des salons a constitué un tremplin à l’international, mes produits sont désormais vendus en Australie, au Japon, en Suisse… », se félicite la jeune femme.

­

 


Elodie Viollet customise les maillots de bain. (Photo NBC)­
Élodie Viollet customise les maillots de bain. (Photo NBC/econostrum.info­)

 

­

 

­

Si vous ne souhaitez pas acheter un maillot de bain, vous avez également la possibilité de customiser vos propres maillots avec des fleurs, des perles ou des paillettes. C’est ce que propose également Élodie Viollet. Cette jeune auto-entrepreneuse a lancé sa marque Lilisaure voici trois ans.

­

 

 

­

 

 

 

 

 

Rédaction : econostrum.info­­­­

­