Ville de Marseille


Juillet 2014 >

Tourisme d’affaires : Quand Marseille crée l’événement

Tourisme d’affaires : Quand Marseille crée l’événement

Pressés, badges autour du cou, téléphones vissés à l’oreille… Les congressistes sont de plus en plus nombreux dans les rues de Marseille, accélérant le pas pour rejoindre le Palais du Pharo, le World Trade Center ou le Parc Chanot. En un an à peine, la deuxième ville de congrès en France s’est hissée du 142 ème au 74ème rang mondial au classement de l’ICCA (International Congress and Convention Association).

Photo DR
­­­­­­­­­­­­

Qui aurait imaginé un jour que des congrès soient délocalisés de Paris vers Marseille ? Une véritable tendance semble s’amorcer. « Infopro Digital qui organise « Les journées des collections jardin » a été conquis par Marseille et souhaite délocaliser son salon tout comme Trade Expo (le salon b to b de l’univers de la maison) », explique Catherine Casadei, directrice générale de la Safim. Cette société, d’une cinquantaine de personnes, connue pour abriter l’historique Foire de Marseille, organise en parallèle de nombreux congrès et autres roadshow.­

Les sept palais du Parc Chanot, entièrement rénovés en 2012, forment la clé de voûte du tourisme d’affaires aux côtés d’un Palais du Pharo lui aussi réhabilité et entièrement dédié aux congrès haut de gamme. Le World Trade Center devrait à son tour bénéficier d'un sérieux lifting. En moins de quinze ans, le nombre de congressistes a plus que doublé à Marseille. La réussite de grands événements internationaux tel que le Forum Mondial de l’Eau en 2012 et Marseille capitale européenne de la culture en 2013 ont donné un coup d’accélérateur à la stratégie développée depuis 1998 par le Bureau des Congrès directement rattaché à la Ville.


Le médical, 40% des congrès

En 2013, l’année où 11 millions de visiteurs se sont pressés sur le territoire, Marseille a enregistré 326 324 journées congressistes contre 283 000 en 2012.


Salles de congrès­
­Maxime Tissot, directeur de l'Office du Tourisme et du bureau des congrès de Marseille (Photo NBC/econostrum.info)
­
­­

Pour Maxime Tisssot, directeur de l’Office du tourisme et du bureau des Congrès, l’enjeu est de taille : « Un congressiste dépense en moyenne 150 euros par jour hors hébergement. Le congrès constitue un des axes forts du tourisme avec la croisière et la culture. Il représente 6% de l’emploi marchand, 18 ­000 emplois. Après avoir remporté la tenue du congrès médical EMBT face à Lisbonne et Stockholm, nous allons continuer la compétition et défendre la destination Marseille notamment pour le Congrès des Océans en 2019 ». 40% des manifestations sont liées au secteur médical réputé de pointe dans notre ville.

En parallèle, Marseille renforce son approche méditerranéenne. « Nous avons accueilli Food in Sud, premier salon professionnel de la Méditerranée avec 8 000 visiteurs dont 90% d’acheteurs », précise Catherine Casadei.

Outre la capacité hôtelière et les infrastructures pour l’accueil de grands événements, la ville s’appuie sur l’aéroport Marseille-Provence qui multiplie ces derniers mois les vols inauguraux.­ Bien sûr, en plus de l’ensoleillement et de la mer, Marseille possède de nouveaux arguments avec des espaces privatisables au MuCEM et le Marseille Provence Cruise Center qui a accueilli 4 000 notaires en congrès à Marseille en juin dernier entre l’escale de deux paquebots. Quoi de mieux pour des soirées en bord de mer qu’un terminal de 3000 m² ­?

­ station-alexandre­­

­Parc Chanot de Marseille (Photos SAFIM)
­


­­